Fête de la Sainte Geneviève

Voici le discours prononcé par Monsieur le Maire Jean-Luc FABRE lors de la Fête de la Sainte Geneviève,  le jeudi 8 novembre :

stgenevieve"En ce jour de Sainte Geneviève, patronne de votre grande et noble institution, je voudrais exprimer ce soir au nom du Conseil Municipal notre plus profonde gratitude pour avoir choisi la commune de Fayence afin de célébrer ensemble celle qui veille sur vous.

 C'est à la fois un grand honneur et une grande fierté que de vous recevoir, ici, dans cette magnifique salle Iris Barry de l'Espace Culturel de Fayence.

 Car, entre Fayence et la Gendarmerie Nationale, c’est une longue tradition d’accueil, de présence et de bonnes relations qui nous unissent.

« La Gendarmerie, c’est une organisation à part », écrivait un jour de 1807 Napoléon 1er à son frère Joseph, alors roi de Naples.

« C’est la manière la plus efficace de maintenir la tranquillité d’un pays, c’est une surveillance moitié civile, moitié militaire, répandue sur toute la surface, qui donne les rapports les plus précis. »

Avouons qu’il ne pouvait y avoir plus bel éloge.

Cette « organisation à part », créée par l’Ancien Régime, confirmée par la Révolution, développée par le Premier et le second Empire, maintenue par la Restauration et renforcée par la République est bel et bien une spécificité française.

La gendarmerie, ainsi mêlée à toute l’histoire du pays, y possède des racines profondes.

Visage familier, le gendarme est devenu un élément du paysage.

Craint et respecté à la fois, on le rencontre partout où l’autorité de l’Etat doit être préservée, le citoyen protégé ou secouru, dans le petit village, sur la route, en montagne ou sur la côte et même dans les airs.

Son champ d’activité s’est constamment étendu.

Force publique ou force combattante, auxiliaire de la Justice, elle prête aux administrations les concours les plus divers.

L’institution est solide. Elle s’appuie sur un esprit de discipline, de dévouement et de sacrifice, dont l’essence est puisée dans les plus authentiques traditions militaires.

Je veux ce soir avoir une pensée pour tous ces militaires gendarmes, hommes ou femmes, tombés dans le cadre de l’exercice de leur mission.

Avoir une pensée pour le major Daniel Brière, dernier gendarme à être tombé, victime d’un acte odieux, symbole d’une société où la délinquance – petite ou grande - ne connaît plus de limites.

De même, comment ne pas revenir ce soir sur cette tragédie survenue le 17 juin dernier dans ce paisible village du Var, Collobrières, qui fut le théâtre du double meurtre de deux jeunes femmes gendarmes.

Comment ne pas évoquer ce soir cette actualité déchirante qui nous a frappés de plein fouet, dans notre département du Var, dans nos villages de Provence, au cœur d’une ruralité où l’on pense toujours que l’indicible horreur ne peut exister.

Tristesse, colère, incompréhension.

La Gendarmerie Nationale a été ce jour-là touchée au plus profond de ses entrailles.

Parce que ce drame frappait deux des vôtres,

Parce que ce drame, par sa cruauté, son ignominie, n’inspirait qu’à la répugnance, l’indignation et la révolte,

Parce que ce drame, touchait, aussi, deux jeunes femmes.

Au delà de la douleur, après le temps du recueillement,

l'heure est à la réflexion.

Bien sûr, il appartiendra à la hiérarchie de tirer tous les enseignements d’un tel crime et surtout de se poser la question, la seule qui vaille :

Pouvions-nous éviter Collobrières ? 

La part d'inconnu et d'imprévu propre à l’exercice d’une mission est-elle minimisable au point d’écarter l’idée de perte de toute vie humaine ?

Il est extrêmement difficile, me semble t-il, de répondre à  ces questions.

Bien sûr, on ne se satisfera pas d'une réponse qui évoque les risques d'un métier exigeant et réclamant une grande expérience, surtout lors d'opérations nocturnes.

Car, pouvons-nous mettre en cause le professionnalisme du maréchal des logis-chef Audrey Berthaut, 35 ans, et de l'adjudant Alicia Champlon, 29 ans, qui avaient l’une et l’autre dix ans de carrière à leur actif ?

Alors, aujourd’hui, la polémique enfle, entre fatalisme et dénonciation :

Faut-il remettre en cause les patrouilles 100 % féminines ?

Les effectifs sont-ils suffisants ?

La gendarmerie a-t-elle encore les moyens de ses missions ?

C'est toujours facile, après, de se poser les bonnes questions.

A mon sens, la seule leçon qu’il faille tirer de tout cela demeure dans le respect du principe de prudence.

Car, rien, dans les missions qu’exercent les forces de gendarmerie, n’est anodin.

Alors, prudence dans l’analyse d’une situation, prudence dans le déclenchement d’une action.

Car, ce soir, je vous le dis, ceux qui se trouvent ou se trouveront demain en face de vous, n’ont plus de limites ou ne veulent plus en avoir.

C’est pourquoi, en ma qualité de Maire, je militerai toujours pour que notre Police Municipale, associée dans le cadre d’une convention avec la Gendarmerie, assurant une complémentarité et un renforcement des effectifs, soit dotée de moyens de défense adaptés au périmètre de nouvelles demandes sur le terrain, surtout la nuit.

Car, on ne peut plus admettre, que ceux qui partagent sur la voie publique les mêmes missions, qui remplissent sensiblement les mêmes fonctions que les gendarmes, ne puissent pas faire face à la gravité d’une situation se présentant à eux.

Oui, la police municipale de Fayence doit penser à son armement !

Cette question demeure et demeurera une question centrale.

C’est, me semble t-il, une évolution incontournable.

J’y veillerai tout particulièrement parce qu’il est hors de question de laisser nos hommes sur le terrain sans une capacité de riposte si d’aventure, ils devaient un jour rencontrer un ou des individus prêts à tout.

C’est à nous, politiques, élus locaux de proximité, confrontés comme vous à la dure réalité du terrain, de rester vigilant afin de toujours donner des moyens suffisants à celles et ceux qui assurent au quotidien cette mission de sécurité au service des biens et des personnes.

Nous devons, tous ensemble, être à la hauteur des défis qui nous attendent demain.

Vive Sainte Geneviève !

Vive la Gendarmerie Nationale !"

Jean-Luc FABRE, Maire de FAYENCE

Mis à jour : lundi 19 novembre 2012 17:21

Restez informé!

Sélectionnez les lettres d'information auxquelles vous désirez vous abonner.



Joomla Extensions powered by Joobi

A l'affiche

Plus d'événements

Agenda des événements

Conférence
26/03/2017 - 16:30 =>
Connaissance du Monde - Compostelle
Théâtre
31/03/2017 - 20:30 =>
Théâtre - L'Enfer ...
Spectacle
14/04/2017 - 20:30 =>
BERNARD PIVOT
Spectacle
19/05/2017 - 20:30 =>
OLIVIER DE BENOIST
Mars_2017_Avancement_Chantier_Rue_Astier2
Mars_2017_Avancement_Chantier_Rue_Astier2
Rénovation des façades relais solidarité (fini)
Rénovation des façades relais solidarité (fini)
Parking P1
Parking P1
Défilé
Défilé
Notre Dame des Cyprès
Notre Dame des Cyprès
Salle de télétravail
Salle de télétravail

Horaires d'ouverture de la mairie :
du lundi au vendredi :
de 8h00 à 12h00 et 13h30 à 17h00