Placette François Talent : discours d'inauguration

DSC05752Voici le discours prononcé par Monsieur le Maire lors de l'inauguration de la placette François Talent le samedi 17 septembre à 11h30.

"Nous nous trouvons aujourd’hui dans le cadre des journées nationales du patrimoine, lancées en 1984, qui permettent chaque année à des milliers de visiteurs de contempler bon nombre d’édifices publics ou privés de notre beau pays.

Fidèle à cette initiative, la commune de Fayence offre quant à elle un patrimoine remarquable qui rappelle à notre belle Provence notre histoire, notre terroir, nos traditions. Chacun pourra apprécier les explications éclairées de nos bénévoles qui commentent avec beaucoup de cœur l’histoire de Fayence à travers son patrimoine. Je les en remercie vivement.

Et c’est dans ce contexte à la fois historique et patrimonial que nous nous retrouvons en ce samedi 17 septembre au pied de cet Hôtel de Ville à la fois si symbolique et si particulier pour inaugurer la dénomination de cette charmante placette qui portera désormais le nom de « Placette François Talent ».

Et l’endroit me semble particulièrement bien choisi tant il est vrai que la proximité du Four du Mitan rappellera à chacun que François Talent fut un membre très apprécié de l’association et qu’il concourut à son essor. J’y reviendrai.

La cérémonie de ce jour fait suite à un courrier reçu en mairie le 21 mars dernier de la très dynamique présidente de l’association des « Amis du Four du Mitan », porte-parole non seulement de ses propres membres mais aussi de Fayençoises et de Fayençois qui souhaitaient honorer la mémoire du docteur François Talent. Cette proposition fut suivie d’une délibération du Conseil Municipal en date du 28 avril adoptée à l’unanimité de ses membres.

Saluons comme il se doit cette proposition. Car il nous est cher à tous de rendre hommage à ces Fayençois qui ont marqué la vie locale par la place qu’il occupait dans la société civile, mais également par leur charisme, leur dévouement et leur engagement au service de la collectivité.

Ce qui frappe lorsqu’on regarde au plus près la biographie du Docteur François Talent et lorsqu’on s’attarde quelque peu à sa famille, on peut largement admettre qu’il semblait difficile d’échapper à cette grande et noble profession de médecin. Cela constitue véritablement une tradition, un ancrage familial très fort et qui se perpétue encore largement aujourd’hui, comme d’autres familles peuvent cultiver une vocation multigénérationelle pour l’art militaire, la recherche scientifique ou encore la politique. Les exemples ne manquent pas, vous en conviendrez.

Pour ma part, puisqu’ayant vécu tout proche de la superbe maison familiale de la place Gabriel Péry, tout proche d’un superbe lavoir, j’ai gardé dans ma mémoire d’enfant le souvenir très précis d’un grand personnage moustachu, souriant et affable, circulant à bord d’une 2CV et que je croisais souvent lorsqu’il montait la rue Maurice Astier pour rejoindre sa demeure.

Le Docteur François Talent était le médecin de campagne dans sa plus pure tradition, disponible à toute heure de la journée et de la nuit, le médecin de famille comme on disait autrefois, avec cette relation de confiance intime qui pouvait régner entre un généraliste et des patients qui devenaient au fil du temps des amis.

Le médecin occupait alors une dimension sociale privilégiée, tour à tour praticien, conseiller, confident et ami.

François Talent est né à Grasse quelques jours après la fin de la Grande Guerre. Sa mère s’était alors installée chez ses parents, attendant la démobilisation de son mari le Docteur Jean Talent.

Son enfance se passe à Fayence où son père est venu reprendre le cabinet médical que son propre père avait déjà occupé. Une enfance fayençoise où il suit comme les autres garçons du village l’enseignement rigoureux et efficace des maîtres de l’école des garçons.

Il part ensuite en sixième au collège Carnot de Cannes, interne, et il va y rester jusqu’à l’obtention de son baccalauréat, avec la double mention littéraire et scientifique, ce qui était possible à l’époque à condition d’accepter de passer l’examen en juin et en septembre.

Suivent alors, dans la tradition familiale, des études de médecine à l’école de santé militaire de Lyon. Nous sommes alors en 1936.

1939, la guerre éclate, mais qui ne perturbe pas tout de suite le cours de ses études. La vraie mobilisation survient en mai 1940, alors que l’étudiant achève sa quatrième année de médecine. Le voilà engagé comme médecin (!), en charge d’une unité sanitaire avec, pour infirmier un pharmacien du Nord de la France et vivant comme des centaines de milliers d’autres soldats la campagne de France et la débâcle qui l’amène de Compiègne à Agen.

Dès la rentrée de 1940 il se retrouve à l’école de Lyon où ils partagent désormais les locaux avec l’Ecole Polytechnique ramenée en zone libre.

En mai 1943 il passe sa thèse de médecine et se marie avec Marie-Thérèse Roux. Dès le mois d’août il part en Allemagne comme médecin d’un camp de prisonniers. Il y restera jusqu’au 8 mai 1945. Ces années  furent certes difficiles, mais elles ont été très formatrices, tant sur le plan humain que sur le plan médical, car il fallait tout faire, voire  dans les derniers mois de la guerre intervenir auprès des populations civiles souvent laissées à l’abandon.

Dès son retour en France, il vient s’installer avec son épouse à Fayence où pendant quelques années il va travailler avec son père avant de lui succéder complètement.

Commencent alors 18 ans de vie partagée avec les Fayençois, à  un moment où le médecin de famille vous accompagne de la naissance à la fin de la vie.

En 1963, il prend un nouveau tournant en s’installant radiologue à La Bocca, mais il n’oublie pas Fayence pour autant, en choisissant d’y demeurer et en prenant d’autres engagements dans la vie associative de la commune : président de La Renaissance, président du syndicat d’initiative, vice-président de Fayence  Patrimoine, membre des Amis du Four du Mitan à qui il donne un certain nombre d’objets ayant appartenu à sa famille et pour qui il enregistre une partie du document sonore que l’on peut entendre au four.

Il convient aussi de mentionner ses engagements dans le monde agricole, coopérative,  tribunal des baux ruraux, propriété forestière, un monde qu’il avait toujours beaucoup aimé.

Par dessus tout, il a toujours aimé rester disponible pour ceux qu’il connaissait depuis si longtemps et dont il avait partagé les bons et les mauvais moments.

Nous sommes donc très fiers aujourd’hui d’honorer sa mémoire et son action au service de tous et très fiers que cette placette porte aujourd’hui le nom de « Placette François Talent »."

DSC05737

TALENT_2
François Talent


Mis à jour : mardi 20 septembre 2011 14:38

Restez informé!

Sélectionnez les lettres d'information auxquelles vous désirez vous abonner.



Joomla Extensions powered by Joobi

A l'affiche

Plus d'événements

Agenda des événements

Conférence
26/03/2017 - 16:30 =>
Connaissance du Monde - Compostelle
Théâtre
31/03/2017 - 20:30 =>
Théâtre - L'Enfer ...
Spectacle
14/04/2017 - 20:30 =>
BERNARD PIVOT
Spectacle
19/05/2017 - 20:30 =>
OLIVIER DE BENOIST
Aménagement routier les Jaummilots
Aménagement routier les Jaummilots
27ème Rallye de Fayence 2013
27ème Rallye de Fayence 2013
Tracteur
Tracteur
vers le Sud Ouest
vers le Sud Ouest
Fontaine du Paty
Fontaine du Paty
Réfection-couloir-la-ferrage-3
Réfection-couloir-la-ferrage-3

Horaires d'ouverture de la mairie :
du lundi au vendredi :
de 8h00 à 12h00 et 13h30 à 17h00