Appel du 18 juin 1940 : Discours de Monsieur le Maire

DE_GAULLE

 

Discours de Jean-Luc Fabre, Maire de Fayence, à l’occasion du 69e anniversaire de la commémoration de l’appel du 18 juin 1940.

 



Mesdames, Messieurs,

Mesdames et Messieurs les représentants des associations d’anciens combattants,

Chers collègues, Mes chers concitoyens,

Une fois retiré des affaires de l’Etat, à Colombey-les-deux-églises, dans le parc de la Boisserie, le Général méditait.

C’est là qu’il écrivit ses mémoires. Si l’Histoire de la France libre n’est qu’un épisode de notre destinée nationale, l’appel du 18 juin lancé par le Général est, depuis 1940, le symbole de la résistance d’un peuple face à l’adversité du moment afin que puisse survivre la grandeur de notre France éternelle.

En ce jour de commémoration, qu’il me soit autorisé de retracer les événements de l’appel lancé le 18 juin 1940 sur les ondes de la BBC par celui dont le destin allait être lié à tout jamais à celui de la France.

Au milieu de la débâcle de nos armées, imaginons un instant ce qu’ont pu ressentir nos compatriotes.

Le 17 juin, le maréchal Pétain, le héros de Verdun, l’homme providentiel qui ramena en 1917 la France sur le chemin de la victoire, demanda aux Français de « cesser le combat » au cours d’un message radiodiffusé.

Dès le lendemain, ces mêmes Français, médusés, abasourdis par une cuisante déroute militaire, pouvaient entendre la voix d’un inconnu, celle d’un jeune général de brigade qui, au côté de l’Angleterre et de son Commonwealth, souhaitait poursuivre le combat à partir de l’Empire dans un conflit qu’il considérait de dimension internationale.

Une lueur d’espoir s’opposait à l’abandon, à la résignation, au chaos ! Le dilemme entre d’un côté le renoncement, l’abdication et l’obéissance à baisser les armes, et de l’autre, l’appel à rejoindre Londres et l’Empire pour poursuivre les combats est un des drames de cette période, celui de la défaite française de 1940.

Désorienté, déboussolé, tiraillé entre Londres et Vichy, notre pays, humilié par une capitulation sans condition, allait se trouver déchiré pendant quatre longues années. Hélas, pendant cette guerre, des Français tireront même sur d’autres Français.

Pour autant, c’est parce que nous détachons aujourd’hui l’Appel du 18 juin de la lourde histoire de la seconde guerre mondiale que nous pouvons affirmer que cette flamme, cette lueur tirée des ténèbres, cette espérance profonde face à une humiliation sans précédent, est sans doute l’un des actes héroïques de résistance les plus invraisemblables de l’histoire moderne entre les nations.

Cet appel lancé dès l’annonce de la reddition française montre à quel point le courage, l’orgueil, la fierté pour la défense de notre République a su motiver un peuple pour lutter contre l’envahisseur, pour conserver sa liberté, pour surmonter l’une des épreuves les plus douloureuses de son histoire contemporaine.

Que l’Appel du 18 juin inscrit à jamais dans notre Histoire demeure encore pour longtemps un exemple pour notre Nation !

Vive la République. Vive la France.

Mis à jour : dimanche 21 juin 2009 00:53

Restez informé!

Sélectionnez les lettres d'information auxquelles vous désirez vous abonner.



Joomla Extensions powered by Joobi

A l'affiche

Plus d'événements

Agenda des événements

Conférence
26/03/2017 - 16:30 =>
Connaissance du Monde - Compostelle
Théâtre
31/03/2017 - 20:30 =>
Théâtre - L'Enfer ...
Spectacle
14/04/2017 - 20:30 =>
BERNARD PIVOT
Spectacle
19/05/2017 - 20:30 =>
OLIVIER DE BENOIST
Fête du Pain 2013
Fête du Pain 2013
Reprise chemin Peymeyan 2
Reprise chemin Peymeyan 2
Vers le Sud de l'Esplanade du Centre Culturel
Vers le Sud de l'Esplanade du Centre Culturel
ancien moulin  rfection roue
ancien moulin rfection roue
Méaulx - Seuil évacuateur de crue
Méaulx - Seuil évacuateur de crue
Visite de chantier
Visite de chantier

Horaires d'ouverture de la mairie :
du lundi au vendredi :
de 8h00 à 12h00 et 13h30 à 17h00