Commémoration 8 mai 1945 : Discours de Monsieur le Maire

LamarineaFayence8_mai1945

Mesdames, Messieurs,

Monsieur le premier magistrat de la commune de Tourrettes, et je salue la présence à nos côtés de Camille Bouge,
Mesdames et messieurs les représentants des associations d'anciens combattants, des associations sportives et culturelles,
Mesdames et messieurs les enseignants,
Mes Chers collègues,
Mes chers concitoyens,

A côté d'un détachement de sapeurs-pompiers volontaires du centre de secours de Fayence, nous retrouvons cette année avec grand plaisir pour cette commémoration patriotique un contingent de jeunes élèves de la Préparation Militaire Marine du 21ème Régiment d'Infanterie de Marine stationné à Fréjus ainsi que des représentants en armes de cette unité d'élite.

Nous en sommes tous très honorés.

Saluons également la présence à nos côtés toujours très appréciée de jeunes écoliers, collégiens ou lycéens qui sont venus assister à cette cérémonie.

Ainsi donc, ensemble, ici à Fayence, anciens combattants, jeunesse varoise, militaires et institutionnels civils, nous commémorons en ce 8 mai 2009 le 64ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Il est des anniversaires qui ne marquent pas toujours les esprits. Celui que nous nous apprêtons à célébrer aujourd'hui est tellement présent dans le souvenir de chacun d'entre nous que la solennité de l'instant est toujours accompagnée d'une très vive émotion.

Il s'agit, en effet, pour certains d'entre nous de souvenirs au sens propre du terme, avec une histoire vécue au cœur de la grande Histoire, celle qui s'écrit avec un H majuscule. Qui pourrait à jamais oublier la dureté de ces moments de vie et la perte de certains êtres chers.

Car aux combats meurtriers, aux campagnes militaires des déserts d'Afrique du Nord, des steppes de Russie, des reliefs escarpés d'Italie et ou encore des bocages normands de France, aux affrontements sur tous les continents, sur terre, sur mer et dans les airs, est venu se rajouter l'effroyable horreur de la solution finale.

Le 26 avril dernier, lors de la journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation, j'ai eu l'occasion de dire à quel point, récemment, certains propos négationnistes nous avaient particulièrement choqués.

Il s'agit évidemment de ceux défendus par un haut dignitaire religieux relayés quelques semaines plus tard à la tribune du Parlement Européen de Strasbourg par un responsable politique français multirécidiviste des thèses révisionnistes.

D'où qu'elles viennent, voilà des allégations que nous ne pouvons cautionner et qu'il nous faut combattre aujourd'hui comme demain dans le respect de ce devoir de mémoire qui nous incombe.

Ici même, devant ce monument aux morts où nous nous inclinons en hommage aux millions de victimes de cette folie destructrice organisée, programmée et exécutée au nom d'une idéologie au service de la barbarie, comment ne pas nous élever avec force, courage et détermination devant de telles provocations, devant l'ignoble trahison de l'Histoire, devant le mépris du souvenir aux disparus.

Aussi, la tête haute, fort de nos convictions républicaines, nous pouvons affirmer que le 8 mai devient chaque année davantage le moment de symboliser et d'afficher ces valeurs de respect et de dignité tirées des leçons de notre Histoire qui doivent être transmises de générations en générations.

A cette occasion, qu'il me soit autorisé de saluer la mémoire de madame Catherine Dior. Notre grande Dame du canton pouvait être fière d'arborer la Croix de Guerre et la Médaille de la Résistance, non pas pour afficher ce qu'elle fut pour défendre la France, mais pour nous montrer la voie de cette conscience éternelle à lutter, et à lutter encore, pour poursuivre obstinément et inlassablement la chaine de la dignité, celle du souvenir en direction des plus jeunes d'entre nous.

Oui ! Il nous faut sans relâche être les garants de l'avenir.

Oui ! Il nous faut veiller pour que nos enfants, nos petits-enfants, nos arrière petits-enfants n'aient pas à vivre l'enfer que vous soldats ou civils, militaires ou résistants, amis ou camarades vous avez dû subir.

Oui ! Il nous faut tirer les enseignements de notre passé.

« La fin de l'espoir est le commencement de la mort » écrivait un jour Charles de Gaulle dans ses mémoires, alors gardons espoir !

Gardons espoir en la nature humaine, dans sa volonté et sa capacité à relever les défis de son temps sans avoir à vendre son âme à l'infamie.

Gardons espoir en l'Europe, gage d'une paix durable sur le Vieux Continent.

Gardons espoir en l'Union Européenne qui, au-delà de sa construction, se doit d'avancer en respectant l'identité de chacun de ses états membres et la reconnaissance d'un passé douloureux et d'une souffrance commune.

Gardons espoir en la paix et en la France.

Mis à jour : mardi 12 mai 2009 08:50

Restez informé!

Sélectionnez les lettres d'information auxquelles vous désirez vous abonner.



Joomla Extensions powered by Joobi

A l'affiche

Plus d'événements

Agenda des événements

Spectacle
15/07/2017 - 21:30 =>
THE CRAZY FACTORY
Concert
22/07/2017 - 21:30 =>
Coroseduto Gospel
Concert
29/07/2017 - 21:30 =>
Hommage à JOE COCKER
Concert
04/08/2017 - 21:30 =>
Memory Big Band et Suzanne Wognin
Podium Ekiden 2013
Podium Ekiden 2013
Fête du Pain 2013
Fête du Pain 2013
27ème Rallye de Fayence 2013
27ème Rallye de Fayence 2013
clocher
clocher
Garde corps Boulevard de Tourrettes (Fin)
Garde corps Boulevard de Tourrettes (Fin)
rallye-de-fayence-2014 14
rallye-de-fayence-2014 14

Horaires d'ouverture de la mairie :
du lundi au vendredi :
de 8h00 à 12h00 et 13h30 à 17h00